© Can Stock Photo / Bialasiewicz

Comment relever l’entreprise après l’épisode Covid-19 ?

© Can Stock Photo / Bialasiewicz

21 semaines pour retrouver la forme ! Ce n’est pas le programme d’un magazine féminin, mais la promesse contenue dans l’ouvrage de Arnaud Marion. En 21 semaines, il va s’agir de relever l’entreprise pour la remettre en capacité d’affronter l’avenir.

La fin de l’épisode COVID-19 et-il terminé ? Nul ne le sait vraiment encore. Pour autant, beaucoup entrevoient le bout du tunnel. Chez les dirigeants d’entreprises de TPE, de PME et d’ETI taille, c’est le moment de s’interroger, de faire le point. Sur le plan personnel peut-être, mais aussi sur le plan de son entreprise.

Arnaud Marion, dirigeant français spécialisé depuis 30 ans dans la stratégie, la gestion des crises et la transformation des modèles économiques des entreprises, publie un ouvrage pour engager cette réflexion quasi obligatoire et surtout passer à l’action. En 21 semaines, l’auteur propose une méthodologie pour travailler à ce chantier.

Arnaud Marion, 21 semaines pour se relever de la crise, Eyrolles, 2021.

La première étape, sans surprise, est de bien comprendre la situation et de mesurer l’état de l’existant. Elle consiste donc à se lancer dans une étape de diagnostic : auto-diagnostic, diagnostics interne et externe, prospective sur les métiers et le marché, pilotage du changement.

La deuxième étape touche aux aspects financiers : trésorerie emprunts et fonds propres, rentabilité et de profitabilité, plan de performance, revue d’activité.

La troisième étape concerne l’optimisation de l’allocation des ressources : chaîne de valeur, organisation apprenante.

La quatrième étape nous plonge au cœur des processus d’innovation.

Assurance-vie du dirigeant

Enfin, avant de bâtir sa feuille de route stratégique, il importe de marquer un temps d’arrêt pour évidemment considérer les grands enjeux sociaux et environnementaux de l’entreprise.

Ce programme, complet et copieux, est rythmé sur 21 semaines. Correctement engagé et suivi, il peut radicalement transformer l’entreprise et développer non seulement sa performance, mais sa résilience. L’ouvrage pose les bonnes questions ; il est exhaustif en cela. Il propose également 35 cas concrets et des témoignages d’experts inspirants pour nourrir la réflexion du dirigeant.

Beaucoup de chefs d’entreprise considèrent qu’ils n’ont pas les moyens d’engager une transformation de l’entreprise sans avoir recours à des conseils extérieurs. Ce guide permet d’oser. Ce qui est en effet précieux avec la méthode proposée, c’est que le dirigeant peut, seul, avec les moyens du bord et en engageant ses équipes, s’acquitter de ce travail de repositionnement et de remobilisation nécessaire. Les parties prenantes internes et externes sont impliquées. Il s’agit bien d’engager un effort collectif qui permet de redéfinir le rôle de chacun et le périmètre de l’entreprise.

Et pour conclure comme l’auteur : « c’est probablement votre meilleure assurance-vie ».

Partager cet article :

Antoine Lefranc

Journaliste professionnel, il collabore à différents titres de presse nationale et régionale

Ça peut vous intéresser

Laisser un commentaire

À propos du CJD

Créé en 1938 par Jean Mersch, le CJD demeure le plus ancien mouvement patronal français. L’association compte plus de 5000 membres – Entrepreneur·e·s et cadres dirigeant·e·s – réparti·e·s en France et représentant 432 087 d’emplois. Imaginé à partir de la conviction profonde qu’une économie au service de l’Homme incarne la clef de la compétitivité des entreprises hexagonales, le mouvement demeure non partisan et force de propositions concrètes pour relancer l’emploi et pérenniser les entreprises. 

Retrouvez le CJD sur ces réseaux :