© Can Stock Photo / photography33

L’attachement des salariés au statut cadre

© Can Stock Photo / photography33

Une enquête* réalisée par Cadreo, la plateforme web dédiée au recrutement des cadres et dirigeants, se penche sur le rapport qu’entretiennent les cadres et les non-cadres au management et les évolutions attendues. Se jugent-ils bons managers ? Comment leur management est-il perçu par leurs collaborateurs ? Sont-ils formés ? Quelles missions affectionnent-ils ?

Premier grand enseignement : 7 cadres sur 10 se jugent « bons » ou « très bons » managers. Mais seuls 3 collaborateurs sur 10 partagent cet avis. Voici l’ensemble des résultats de cette enquête menée auprès de 2 930 salariés :

• 40 % des cadres n’ont suivi aucune formation au management

• 77 % des cadres encadrent réellement des collaborateurs

• 68 % d’entre eux précisent qu’ils « aiment beaucoup » ce rôle

• 36 % des managers trouvent cette mission trop chronophage

• 31 % des cadres passent plus de 50 % de leur temps à gérer leurs équipes

• 67 % des non-cadres souhaiteraient accéder à ce statut.

Comment devient-on cadre ?

Selon les résultats de l’étude, les salariés le deviennent, à parts égales, dès la sortie de leurs études (34 %), à la suite d’une promotion (34 %) ou après avoir changé d’entreprise (32 %). Parmi ceux qui le sont devenus au cours de leur carrière professionnelle, rares sont ceux qui ont demandé à le devenir puisque 68 % d’entre eux se sont vu proposer ce statut par leur employeur. Quant au timing, près de 22 % sont devenus cadres avec moins de 3 ans d’expérience, 54 % après 4 à 10 ans d’expérience, 15 % après 10 à 15 ans d’expérience et un peu moins de 10 % après plus de 15 années d’expérience.

Au-delà du critère de l’expérience, l’étude s’est intéressée à une question : savoir si les cadres, et notamment ceux qui encadrent des équipes, avaient suivi une formation. L’enquête révèle que 40 % d’entre eux n’ont suivi aucune formation spécifique et ont appris « sur le tas ». Un état de fait qui explique peut-être le ressenti des collaborateurs. Appelés à noter leurs supérieurs sur leur manière de manager, ils ne sont que 35 % à leur attribuer une note supérieure à 3/5. Concernant les rapports avec leur manager, une courte majorité (53 %) donne au maximum la note de 3/5.

Du côté des cadres, s’il n’y a pas inversion des proportions, les notes sont toutefois bien meilleures. 68 % des cadres s’attribuent une note supérieure à 3/5. Également invités à juger les rapports avec leurs collaborateurs, 7 managers sur 10 s’attribuent une note supérieure à 3. Parallèlement, moins d’un collaborateur sur deux leur attribue une note équivalente.

Un statut qui fait envie

A la question « Aimez-vous manager », près de 70 % répondent « Oui beaucoup » et 26 % « Oui, un peu ». Seul 0,7 % des répondants ont déclaré ne pas aimer du tout manager. Preuve qu’ils apprécient cet aspect de leur métier, quand on leur demande si à salaire équivalent ils choisiraient de ne plus encadrer de collaborateurs, seuls 26 % prennent cette option et 74 % décident de continuer à manager. Et cela même s’ils jugent souvent que la fonction d’encadrement est une mission relativement chronophage puisque deux tiers (68 %) déclarent qu’ils passent plus de 25 % de leur temps de travail à gérer leurs équipes.

Qu’est-ce qui leur plaît donc tant dans leur fonction ? On trouve en premier lieu la possibilité de faire progresser leur équipe (86 %), puis le facteur humain (75 %) avant la possibilité de déléguer (36 %). Le fait d’être chef (7 %) ou le statut social (10 %) arrivent loin derrière. A l’inverse, quand on les interroge sur ce qui leur déplaît le plus dans le fait de manager, les cadres mettent en avant le manque de temps et d’accompagnement (50 %), le manque de leviers de motivation de l’équipe (47 %) puis l’aspect chronophage de cette mission (36 %). Les difficultés relationnelles avec les collaborateurs (15 %) ou le manque d’intérêt pour la mission (5 %) sont relativement peu cités.

Alors que la disparition du statut cadre est régulièrement annoncée, cette enquête révèle que les cadres y sont attachés, 35 % allant même jusqu’à se déclarer « très attachés » à celui-ci. Si le statut social n’était mis en avant que par 10 % des cadres, 58 % des interrogés déclarent que cet attachement repose essentiellement sur le sentiment d’appartenance à une catégorie sociale particulière.

Un attachement que l’on retrouve chez les non-cadres puisque 2/3 d’entre eux (67 %) souhaitent également y accéder. Plusieurs facteurs les motivent dans la conquête de cet objectif : le rôle dans la stratégie de l’entreprise et les responsabilités/missions (63 %), mais aussi le salaire (57 %), la reconnaissance de leurs supérieurs et le statut (25 %).

La mission type des cadres

Pour beaucoup, cadre rime avec encadrement. Un sentiment peu éloigné de la réalité puisque 77 % des cadres interrogés occupent une fonction managériale. Les managers encadrent le plus souvent des équipes constituées de 1 à 4 collaborateurs (24 %) ou de 5 à 9 personnes (23 %) quand seulement 16 % des managers encadrent plus de 50 salariés.

Alors que dirigeants et salariés peinent parfois à s’entendre sur la définition à donner aux cadres, ces derniers ont leur petite idée… Trois éléments sont, selon eux, les plus susceptibles de les distinguer des non-cadres : le niveau de responsabilité (64 %), le management et l’autonomie dans le travail (41 % à égalité). Le diplôme et le niveau d’expertise ne sont cités qu’après.

Du côté des non-cadres, si le niveau de responsabilité est également cité en premier (55 %), les compétences (48 %) arrivent en seconde position avant le management. Cadres et non-cadres sont donc plutôt d’accord sur ce qui doit définir le statut.

*Enquête menée du 24/04/2019 au 15/05/2019 auprès de 2 930 salariés en France.

Partager cet article :

La rédaction

Ça peut vous intéresser

Laisser un commentaire

À propos du CJD

Créé en 1938 par Jean Mersch, le CJD demeure le plus ancien mouvement patronal français. L’association compte plus de 5000 membres – Entrepreneur·e·s et cadres dirigeant·e·s – réparti·e·s en France et représentant 432 087 d’emplois. Imaginé à partir de la conviction profonde qu’une économie au service de l’Homme incarne la clef de la compétitivité des entreprises hexagonales, le mouvement demeure non partisan et force de propositions concrètes pour relancer l’emploi et pérenniser les entreprises. 

Retrouvez le CJD sur ces réseaux :