Photo de Ruca Souza provenant de Pexels

Ne pas haïr, mais chercher à coopérer

Nous explorons une des nombreuses facettes des mérites de l’improvisation théâtrale et ce qu’elle nous apprend sur la coopétition.

Coopétition est un néologisme formé avec les mots « coopération » et « compétition ». Il désigne la coopération entre concurrents. Par exemple, les fabricants de téléphones portables se livrent une âpre bataille pour la conquête du marché et, en même temps, partagent des ressources, par exemple avec l’un fournissant des écrans à l’autre.

Ceci n’est d’abord possible que si, fondamentalement, notre adversaire ou concurrent n’est pas considéré comme un ennemi, du moins pas un ennemi sur tous les fronts.

Créer avec

Naturellement, on ne peut parler de coopération que si les acteurs ont la possibilité de faire autrement, mais choisissent néanmoins cette voie. Un contre-exemple est la guerre en Ukraine où les pays européens aimeraient bien pouvoir se passer de l’énergie russe.

Ainsi en improvisation où je joue contre mon adversaire, mais où je crée le spectacle avec lui. Il y a en quelque sorte une sorte d’intérêt supérieur, incarné par le public, au service duquel se mettent les acteurs au-delà de leur lutte.

Ainsi pouvons-nous de même considérer avec sérieux le fait de coopérer avec nos concurrents ou nos adversaires dans le domaine social ou économique. Le chemin est cependant étroit, entre le cynisme et l’entente malfaisante.

Personnellement, j’ai pour obsession de garder toujours un lien d’humanité avec ceux contre qui je suis en lutte ou en conflit : éviter de les transformer en monstres, au risque, je le crois, d’en devenir un moi-même.

C’est bien souvent, un point faible des militants qui défendent une cause, si fort que les opposants leur apparaissent comme le diable en personne. Ainsi des personnes racistes aux yeux des militants antiracistes — dont je ne saurais une seconde mettre en doute la justesse du combat. Ainsi des boomers aux yeux de certains jeunes, des « machos » aux yeux des féministes.

Ça n’empêche pas de cogner et même de cogner fort. Songez au sport : le boxeur ne va pas retenir ses coups au prétexte qu’il a de l’estime pour son adversaire. Ceci n’affaiblit pas votre cause ; ceci ne vous rend pas moins performant. Je crois même que c’est tout le contraire qui se produit. Dès lors que l’autre devient une personne à abattre, je perds ma lucidité et toutes les occasions de faire avancer mes propres pions avec sa coopération.

Affronter la réalité

J’ajouterais, en tant que thérapeute, que, bien souvent, nous ne haïssons si fort notre ennemi que parce qu’il incarne ce que nous refusons de reconnaître en nous-mêmes. Nous nous voulons des gens bien sous tous rapports ; c’est comme une infamie d’admettre que ça puisse ne pas être le cas. Plutôt alors le déni que la réalité. Mais chaque fois que nous voyons en l’autre, comme dans un miroir, ces « défauts » que nous nous efforçons d’ignorer, c’est comme s’il nous crachait l’insulte au visage.

La pratique de l’improvisation, y compris avec des personnes que nous apprécions et avec lesquelles nous aimons être, nous apprend ce double mouvement de compétition et de coopération.

Ce double mouvement est d’ailleurs la vie même, tant il s’observe de façon presque systématique dans le monde sauvage de la faune et de la flore.

Toutes choses que je pourrais donc résumer par : ne haïssez pas votre adversaire, trouvez le moyen de coopérer avec lui.


Crédit Photo : Ruca Souza – Pexels

Partager cet article :

Laurent Quivogne

Il a travaillé 30 ans dans l’informatique, dont plus de 20 ans comme entrepreneur. Il accompagne aujourd'hui les organisations dans la capacité à dire, à entendre et à assumer les conflits.

Ça peut vous intéresser

Laisser un commentaire

À propos du CJD

Créé en 1938 par Jean Mersch, le CJD demeure le plus ancien mouvement patronal français. L’association compte plus de 5000 membres – Entrepreneur·e·s et cadres dirigeant·e·s – réparti·e·s en France et représentant 432 087 d’emplois. Imaginé à partir de la conviction profonde qu’une économie au service de l’Homme incarne la clef de la compétitivité des entreprises hexagonales, le mouvement demeure non partisan et force de propositions concrètes pour relancer l’emploi et pérenniser les entreprises. 

Retrouvez le CJD sur ces réseaux :