Crédit : Johannes Plenio – Pexels

Être ou ne pas être une « belle personne »

Ça a été sans doute un des compliments que j’ai trouvé le plus gratifiant quand on me l’a fait. Mais plus maintenant. Maintenant, je me méfie du mouvement qu’il provoque en moi. Explications.

« Tu sais, Laurent, je trouve que tu es une belle personne. » Je crois me souvenir du frisson de plaisir qui m’a parcouru, ce jour-là, la première fois que je ai entendu cette phrase délicieuse, qui fut aussi la première que j’entendais l’expression « belle personne ». Finalement, au-delà de mes doutes, de mes insuccès, ai-je confusément pensé, j’avais réussi ma propre construction. Car une belle personne, ça ressemble à une œuvre d’art, c’est le fruit de la patience, du travail et d’une certaine maîtrise du modelage de soi.

Dans cette pensée, il y a une certaine idée d’achèvement, l’idée d’être en quelque sorte un chef d’œuvre, c’est-à-dire une œuvre terminée propre à être exposée dans un musée ou sur une place publique.

Il me semble aujourd’hui que ce qu’on peut apprécier à l’occasion d’une telle louange, ce n’est pas tant le compliment que ce qu’il dit de notre relation avec la personne qui le dit. Et, cela, nous pouvons nous en réjouir ensemble. Mais il est très difficile de s’en tenir là. Plus facile, au contraire, de se laisser profiter de cette caresse narcissisante, qui fait à notre âme ce qu’une guimauve au chocolat ferait à notre palais.

Cultiver la fluidité de son être

Une fois cependant que j’ai gobé le compliment, je deviens, dans la représentation que j’ai de moi, une belle personne, ce qui présente à coup sûr plusieurs inconvénients.

D’abord, comme je l’ai esquissé ci-dessus, je deviens quelque chose d’achevé, qui ne peut plus guère être amélioré au risque, au contraire, de déchoir et d’abîmer cette si belle image. Je suis tel une pièce de musée qui va bientôt prendre la poussière et appartenir à un autre temps, quand je voudrais, moi, continuer à être de mon temps et adapté au présent. Je me fige, de peur de ne plus être la belle personne que j’étais si fier d’être et, ironie du sort, je cesse en effet bientôt de l’être, incapable d’évoluer.

Ensuite, cela signifie que je m’assigne à résidence des qualités qui ont justifié que je puisse être une belle personne. Être gentil ou empathique, c’est très beau, mais ça ne me permet pas d’être ajusté à toutes les situations, car, parfois, l’existence exige de nous que nous ne soyons ni gentils ni empathiques. Si je ne sais pas faire autrement ou si je refuse de faire autrement, alors je serai dans la vie comme un nageur à qui on a lié un bras ou une jambe. Là encore, les inévitables déconvenues vont nourrir en moi le ressentiment et, bientôt, gentillesse et empathie deviendront plus difficiles à manifester : finie la belle personne !

Loin de moi l’idée de critiquer le souhait de devenir une meilleure personne. Ce qui pose question, c’est l’idée de devenir ou d’être un être accompli selon des critères d’esthétique physique ou morale.

Alors qu’il me semble que cultiver la fluidité de son être, sa propre capacité à s’ajuster aux situations que nous fait rencontrer notre destin, est un mouvement plus sain et plus joyeux. Et puis quoi ? Être une belle personne aux yeux de qui ? Selon quels critères ? Ne laissons pas notre présence sur terre devenir un processus qualité !


Crédit Photo : Johannes Plenio – Pexels

Partager cet article :

Laurent Quivogne

Il a travaillé 30 ans dans l’informatique, dont plus de 20 ans comme entrepreneur. Il accompagne aujourd'hui les organisations dans la capacité à dire, à entendre et à assumer les conflits.

Ça peut vous intéresser

Laisser un commentaire

À propos du CJD

Créé en 1938 par Jean Mersch, le CJD demeure le plus ancien mouvement patronal français. L’association compte plus de 5000 membres – Entrepreneur·e·s et cadres dirigeant·e·s – réparti·e·s en France et représentant 432 087 d’emplois. Imaginé à partir de la conviction profonde qu’une économie au service de l’Homme incarne la clef de la compétitivité des entreprises hexagonales, le mouvement demeure non partisan et force de propositions concrètes pour relancer l’emploi et pérenniser les entreprises. 

Retrouvez le CJD sur ces réseaux :