« 20 virtuoses » : l’aventure continue…

Un groupe de 20 adhérents du CJD (JD) s’est réuni tous les mois autour de concepts nouveaux qu’ils ont pu expérimenter et appliquer dans leur entreprise pour devenir des « virtuoses » de l’entreprise. Une expérimentation qui va être élargie à l’ensemble du réseau.

Se former naît souvent d’un besoin. Nous constatons chez nous des lacunes que nous avons besoin de combler pour faire face à des défis professionnels. Nous recherchons alors dans l’offre de formation disponible (souvent pléthorique) les meilleures solutions pour pallier au manque de compétences. Après réflexion et comparaison, nous sélectionnons enfin la formation dont les objectifs pédagogiques semblent les plus adaptés pour répondre à notre problématique.

Un groupe de jeunes dirigeants a décidé de chambouler cet ordre établi, de remettre en cause ce processus somme toute très logique et pertinent. Ce groupe a pris la problématique dans l’autre sens. Comment ? En expérimentant de se former autrement, sans objectifs prédéterminés. De la rencontre entre des JD expérimentés (Mireille Witz, Mathilde Dufourcq, Marc Bessiere, Luc Ardellier, Benoit Cuny) et Didier Vinot, professeur en sciences de gestion à l’Université Lyon III, est née la volonté de créer un cycle d’apprentissage au cours duquel les participants eux-mêmes décident des contenus. Si le CJD dispose avec Copernic[1] d’un parcours professionnalisant très cadré et structuré, il s’agit avec cette expérimentation de concrétiser la démarche inverse : un parcours d’apprentissage sérendipitaire, où le chemin se dessine en marchant.

Ce projet original s’ancre dans le mandat 2018 – 2020 de Catherine Vampouille et Pierre Minodier autour de l’idée d’entreprise virtuose. Un appel aux volontaires est lancé lors d’une Rencontre du Réseau. Les candidats, qui devront libérer 12 jours par an pour cet engagement, sont sélectionnés anonymement en fonction de leur profil et de leur motivation. Des JD de régions, de tailles d’entreprises, d’âges et d’ancienneté différentes. Les vingt JD choisis visionnent une vingtaine de vidéos sur des sujets divers, puis votent selon la méthode dite de Condorcet pour établir un classement. Ils déterminent ainsi le thème du premier module. Ce dernier sera constitué d’un jour dans lequel seront apportés des éléments théoriques. Lors du deuxième jour, Didier Vinot s’efforce de traduire, de tisser des liens entre ces éléments et la réalité des participants. Des pistes d’expérimentation émergent alors chez les participants. Quatre semaines plus tard, c’est-à-dire un laps de temps très court qui incite à l’action, une journée de restitution vient ponctuer le module. Une restitution non conventionnelle, la plupart du temps sous forme artistique.

Avancer dans l’incertitude

La crise de la Covid et le premier confinement n’ont pas porté un coup d’arrêt au dispositif ; ils en ont simplement changé la modalité. Parce que c’était le besoin exprimé à ce moment, les participants se réunissent hebdomadairement en distanciel pour former un groupe de parole. Pour Benjamin Tardif, Délégué National en charge de répliquer le parcours virtuose au sein du CJD, cette nouvelle modalité a permis « d’avancer dans l’incertitude, de se sentir accompagnés, de parler, de se sentir écoutés ».

Au terme de l’expérimentation en octobre 2020, le Comité de pilotage « Entreprise Virtuose » prend le relais et aura pour mission de capitaliser sur toute la matière acquise pour développer un parcours de formation destiné à d’autres dirigeants qui souhaiteront à leur tour entreprendre cette route vers la « virtuosité ». Un kit format plénière sera proposé aux sections du CJD pour populariser la démarche. Le CJD vise également à répliquer l’expérience en région ; les JD intéressés pourront lancer leur propre groupe « 20 virtuoses ». Apprendre au CJD, c’est choisir son déjeuner à la carte. Et c’est vous le cuisinier !


[1] Copernic est le programme de professionnalisation au métier de dirigeant-entrepreneur créé par le CJD. Depuis presque 20 ans, des centaines de membres du CJD ont suivi ce parcours qui se déroule sur une durée de 3 ans.

Partager cet article :

La rédaction

Ça peut vous intéresser

Laisser un commentaire

À propos du CJD

Créé en 1938 par Jean Mersch, le CJD demeure le plus ancien mouvement patronal français. L’association compte plus de 5000 membres – Entrepreneur·e·s et cadres dirigeant·e·s – réparti·e·s en France et représentant 432 087 d’emplois. Imaginé à partir de la conviction profonde qu’une économie au service de l’Homme incarne la clef de la compétitivité des entreprises hexagonales, le mouvement demeure non partisan et force de propositions concrètes pour relancer l’emploi et pérenniser les entreprises. 

Retrouvez le CJD sur ces réseaux :