Benjamin Tardif

Huit vidéos pour appréhender la virtuosité de l’entreprise

Quatre questions à Benjamin Tardif, Délégué National en charge de répliquer le parcours virtuose au sein du CJD pour comprendre la manière dont il a vécu ce moment.

Qu’est-ce qui a fait la réussite de cette expérimentation ?

Benjamin Tardif

La force du groupe. Un groupe de 20 personnes, c’est suffisamment grand pour qu’un participant ne soit pas en première ligne, mais suffisamment petit pour qu’il ne puisse pas se cacher. C’est une taille idéale. Tout le monde progresse, sans craindre le jugement de quiconque. Ce groupe est parti de rien et c’est lui qui a décidé de tout. Ce processus de codécision est pour moi central dans la réussite. Et puis il y a le fait que nous étions engagés dans l’action.

Assez de bouquins, de théories… ce qui importait, c’était l’action. Le fait de restituer de manière décalée a contribué aussi a fait de cette expérience quelque chose de particulier. Quand une participante arrive avec un pot de fleurs et établit une multitude de liens entre cet objet et l’expérience qu’elle vient de vivre, c’est très fort. L’utilisation d’images pour transmettre ce que l’on a à dire est plus efficace que le recours à des théories. L’intellectualisation ne résout pas de problèmes, contrairement à l’intuition. Nous rationalisons trop dans la vie en général et cela ne fonctionne pas souvent.

Si la virtuosité était une image justement, quelle serait-elle ?

Une plante qui pousse, qui contourne les obstacles du sol pour lever un peu plus loin. Elle est tirée par une puissance de vie, d’adaptation. L’entreprise virtuose évolue de cette manière.

Un moment fort vécu qui symbolise la virtuosité ?

Notre rencontre avec le Quatuor Annesci. Nous avons pu concrètement appréhender ce qu’était la virtuosité. Nous avons pris conscience du fait que la virtuosité ne résidait pas simplement dans la maîtrise de l’instrument, mais avant tout dans la synchronisation avec l’autre, avec les autres. Jouer ensemble, sentir ce qu’il est opportun de faire à un moment, savoir ralentir parfois pour jouer la bonne note, partager l’émotion, voilà en quoi consiste la vraie virtuosité. La virtuosité est présente dans l’entreprise quand les décisions sont prises collectivement, quand on aboutit à de l’intelligence collective. Quand l’équipe décide de la stratégie et qu’on laisse chacun se débrouiller, faire comme il le sent, on se rend compte que c’est autrement plus efficace que de tout contrôler.

Si vous deviez embarquer quelqu’un dans ce projet, que lui diriez-vous ?

De se rendre sur YouTube où nous avons enregistré huit capsules sur des thématiques que nous avons choisies, comme l’amour, l’entreprise « liquide », le colloppement, le droit à l’erreur, la résilience et la maturation, le rapport au temps… Sur une dizaine de minutes, après introduction du thème, Didier Vinot apporte son éclairage sur la thématique. Puis viennent un, deux ou trois témoignages qui illustrent la manière dont le concept s’incarne dans l’entreprise.

Partager cet article :

La rédaction

Ça peut vous intéresser

Laisser un commentaire

À propos du CJD

Créé en 1938 par Jean Mersch, le CJD demeure le plus ancien mouvement patronal français. L’association compte plus de 5000 membres – Entrepreneur·e·s et cadres dirigeant·e·s – réparti·e·s en France et représentant 432 087 d’emplois. Imaginé à partir de la conviction profonde qu’une économie au service de l’Homme incarne la clef de la compétitivité des entreprises hexagonales, le mouvement demeure non partisan et force de propositions concrètes pour relancer l’emploi et pérenniser les entreprises. 

Retrouvez le CJD sur ces réseaux :