Comment se comprendre et comprendre son entreprise grâce à la sagesse chinoise

C’est une petite pépite sur laquelle je suis tombé un peu par hasard. Comme il est agréable de découvrir de tels ouvrages, nous permettant de nous voir nous-mêmes et nos organisations à l’aide d’un nouveau prisme culturel !

Olivier Bérut, L’entreprise en Cinq Agir, La Guilde des Créateurs de Mondes, 2015.

Olivier Bérut a un parcours atypique : ingénieur formé à l’école centrale de Paris (en sciences de la complexité) à l’université de Buffalo (en créativité), Olivier Bérut a occupé des fonctions de dirigeant notamment au sein du groupe 3 Suisses. Il a dirigé la filiale en Chine. C’est là qu’il a découvert la pensée chinoise, compatible avec les sciences de la complexité.

Olivier Bérut est aujourd’hui entrepreneur (il dirige une entreprise de conseil), enseignant (à l’IAE) et artiste (guitariste, interprète et compositeur) et propose dans un livre passionnant une modélisation puissante du vivant inspirée de la pensée chinoise, connue sous le nom des « Cinq éléments ».

Une pensée de paysans, pas d’intellectuels

Depuis 5000 ans, cette pensée sert au médecin pour soigner comme à l’empereur pour gouverner. Le modèle s’applique donc à l’individu comme à des organisations beaucoup plus vastes. Il peut être utilisé pour la connaissance de soi comme pour le management, pour élaborer une stratégie comme pour définir une vision.

Mais ces « Cinq éléments », quels sont-ils ? Le bois, le feu, la terre, le métal et l’eau. Tous correspondent à des types de personnalités, mais aussi à des fonctions, des émotions, des saisons, des points cardinaux…

Ici, c’est la Chine : la pensée analogique fonctionne à plein régime, loin de la pensée rationnelle chère à l’Occident.

Il faut donc se défaire de nos modèles pour épouser cette façon de concevoir les choses, autrement apprenante. Le livre d’Olivier Bérut est riche et passionnant ; il propose une vision holistique du vivant. La sagesse chinoise est tout sauf abstraite. Elle est celle de paysans, elle reste très pragmatique. Simple, mais jamais simpliste.

Partager cet article :

Antoine Lefranc

Journaliste professionnel, il collabore à différents titres de presse nationale et régionale

Ça peut vous intéresser

Laisser un commentaire

À propos du CJD

Créé en 1938 par Jean Mersch, le CJD demeure le plus ancien mouvement patronal français. L’association compte plus de 5000 membres – Entrepreneur·e·s et cadres dirigeant·e·s – réparti·e·s en France et représentant 432 087 d’emplois. Imaginé à partir de la conviction profonde qu’une économie au service de l’Homme incarne la clef de la compétitivité des entreprises hexagonales, le mouvement demeure non partisan et force de propositions concrètes pour relancer l’emploi et pérenniser les entreprises. 

Retrouvez le CJD sur ces réseaux :