Aux sources de l’entreprise libérée

VU AILLEURS – Depuis des années, Jean-François Zobrist porte une idée simple : l’homme est bon, et si on lui laisse de l’autonomie dans l’organisation de son travail, c’est tout bénéfice pour l’entreprise. De là est né le concept d’entreprise libérée.

A travers un livre témoignage, l’ancien dirigeant de FAVI retrace la mise en œuvre de cette belle idée. a lecture de cet ouvrage est riche, car elle est basée sur l’histoire de la transformation d’une entreprise. A l’instinct, au gré des circonstances, le  » petit patron naïf et paresseux « , comme il se nomme, a inventé un nouveau système managérial appelé  » entreprise libérée  » par le chercheur Isaac Getz.

Il a découvert,  » en avançant « , que c’est le bonheur des salariés qui fait les résultats de l’entreprise – ainsi que les moyens de permettre ce bonheur au travail. Une expérience et une réalité pour s’inspirer.


Jean-François Zobrist, L’entreprise libérée par le petit patron naïf et paresseux, Cherche Midi, 2020

Partager cet article :

La rédaction

Ça peut vous intéresser

Laisser un commentaire

À propos du CJD

Créé en 1938 par Jean Mersch, le CJD demeure le plus ancien mouvement patronal français. L’association compte plus de 5000 membres – Entrepreneur·e·s et cadres dirigeant·e·s – réparti·e·s en France et représentant 432 087 d’emplois. Imaginé à partir de la conviction profonde qu’une économie au service de l’Homme incarne la clef de la compétitivité des entreprises hexagonales, le mouvement demeure non partisan et force de propositions concrètes pour relancer l’emploi et pérenniser les entreprises. 

Retrouvez le CJD sur ces réseaux :