Idées

S’aimer ou se détester sans en faire toute une histoire

Je n’aime pas les gens ; Ça m’a été difficile de l’admettre mais il m’a bien fallu me rendre à l’évidence : je n’aime pas les gens. Du moins pas d’emblée. Pas quand je les croise dans la rue ; pas quand je suis pressé au milieu d’eux dans le métro ou que je circule au milieu d’eux en voiture. Surtout pas quand je les vois en foule, qui crient, qui protestent. Sans doute un peu parce qu’ils me font peur, que je les crois capables de faire n’importe quoi.